FLASH INFO
𝗖𝗼𝗻𝘀𝗲𝗿𝘃𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝗕𝗶𝗼𝗱𝗶𝘃𝗲𝗿𝘀𝗶𝘁𝗲́ : 𝗹𝗲 𝗠𝗘𝗘𝗔 𝗱𝗶𝘀𝗽𝗼𝘀𝗲 𝗱’𝘂𝗻 𝗿𝗮𝗽𝗽𝗼𝗿𝘁 𝗱’𝗮𝗻𝗮𝗹𝘆𝘀𝗲 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗹𝗮 𝗺𝗶𝘀𝗲 𝗲𝗻 𝗽𝗹𝗮𝗰𝗲 𝗱’𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗹𝗮𝘁𝗲-𝗳𝗼𝗿𝗺𝗲 𝗺𝘂𝗹𝘁𝗶-𝗮𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀

𝗖𝗼𝗻𝘀𝗲𝗿𝘃𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝗕𝗶𝗼𝗱𝗶𝘃𝗲𝗿𝘀𝗶𝘁𝗲́ : 𝗹𝗲 𝗠𝗘𝗘𝗔 𝗱𝗶𝘀𝗽𝗼𝘀𝗲 𝗱’𝘂𝗻 𝗿𝗮𝗽𝗽𝗼𝗿𝘁 𝗱’𝗮𝗻𝗮𝗹𝘆𝘀𝗲 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗹𝗮 𝗺𝗶𝘀𝗲 𝗲𝗻 𝗽𝗹𝗮𝗰𝗲 𝗱’𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗹𝗮𝘁𝗲-𝗳𝗼𝗿𝗺𝗲 𝗺𝘂𝗹𝘁𝗶-𝗮𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀

97

Le Secrétariat Permanent du Conseil National pour le Développement Durable (SP/CNDD) a organisé le jeudi 02 Mai 2024 dans la salle de conférence des Archives Nationales, un atelier national de validation du rapport d’analyse du paysage national des initiatives et mécanismes existants en matière de science, de politique et de pratique au Burkina Faso pour la mise en place d’une plate-forme nationale multi-acteurs sur la biodiversité et les services écosystémique.

L’atelier a été présidé par le Secrétaire Permanent du Conseil National pour le Développement Durable Pamoussa OUEDRAOGO représenté par le Coordonnateur Technique au SP/ CNDD Cheikh Sidi Mohamed TRAORE. Cette rencontre a réuni en plus des acteurs du Ministère, des experts du Centre Ouest africain de services scientifiques pour le changement_climatique (WASCAL), des universitaires, des chercheurs, des associations et des organisations de la société civile intervenant dans la protection de la biodiversité.

La biodiversité constitut pour les populations du Burkina Faso une grande source d’approvisionnement en matière première pour leurs besoins à l’image du bois de chauffe fortement demandé. Cette ressource naturelle fait face aujourd’hui au phénomène de changement climatique et aux actions anthropiques exacerbées par la situation sécuritaire.

Il s’agit pour ces acteurs de perfectionner le document pour la mise place d’une plate-forme multi acteurs pour la préservation de la biodiversité. Ce rapport élaborer en collaboration avec le Projet Développement des capacités des experts en biodiversité et en services écosystémiques (CABES) permettra de disponibiliser un cadre formel qui vise à renforcer l’interface science-politique (chercheurs-décideurs politiques),en vue d’accroitre la valorisation des résultats scientifiques, mais aussi d’améliorer la visibilité des efforts des chercheurs locaux sur le plan international. Il permettra la synergie d’actions des acteurs pour la gestion et la protection de la biodiversité:

« Les questions de biodiversités, les questions de changement climatiques et les questions de développement durable d’une manière générale sont des questions transversales. Plusieurs acteurs y contribuent pour mettre leurs efforts pour pouvoir arriver au bout des phénomènes. Le ministère en charge de l’Environnement en tant qu’entité qui coordonne l’action des acteurs aussi bien qu’étatiques et non étatiques en la matière se réjouit de la mise en place de cette plate-forme. » a déclaré Cheikh Sidi Mohamed TRAORE représentant du SP/CNDD

Ce cadre formel permettra ainsi d’améliorer la contribution du Burkina Faso pays membre de la Plateforme Intergouvernementale Scientifique et Politique sur la Biodiversité et les Services Écosystémiques (IPBES), aux évaluations mondiale, régionale de la dynamique de la diversité biologique, des facteurs de dégradation de la biodiversité.

Pour Abdoul Aziz Diallo chercheur à WASCAL et représentant des partenaires techniques et financiers, la mise en place de ce cadre permettra de gérer efficacement la biodiversité nationale et internationale confrontée au phénomène du changement climatique : « Le changement climatique est à nos portes, on le ressent jusqu’à dans nos assiettes. Il est important de prendre soin de la biodiversité qui permettra éventuellement de faire face à certains aspects du changement climatique. Il s’agit de pouvoir donc inventorier les ressources que nous avons et surtout pouvoir mettre des noms sur les acteurs qui ont déjà des initiatives là-dessus, ce qui est très important pour WASCAL. »

𝗗𝗖𝗥𝗣/𝗠𝗘𝗘𝗔


Previous Post𝐂𝐚𝐦𝐩𝐚𝐠𝐧𝐞 𝐚𝐠𝐫𝐢𝐜𝐨𝐥𝐞 𝟐𝟎𝟐𝟒-𝟐𝟎𝟐𝟓 : 𝐥𝐞 𝐦𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞 𝐒𝐎𝐌𝐁𝐈𝐄́ 𝐥𝐚𝐧𝐜𝐞 𝐥𝐞 𝐩𝐫𝐨𝐜𝐞𝐬𝐬𝐮𝐬 𝐝𝐞 𝐝𝐢𝐬𝐭𝐫𝐢𝐛𝐮𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝𝐞𝐬 𝐢𝐧𝐭𝐫𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐚𝐠𝐫𝐢𝐜𝐨𝐥𝐞𝐬.