FLASH INFO
๐—”๐—บ๐—ฒฬ๐—ป๐—ฎ๐—ด๐—ฒ๐—บ๐—ฒ๐—ป๐˜ ๐—ฑ๐—ฒ๐˜€ ๐—ฏ๐—ฎ๐—ฟ๐—ฟ๐—ฎ๐—ด๐—ฒ๐˜€ ๐Ÿญ, ๐Ÿฎ ๐—ฒ๐˜ ๐Ÿฏ : ๐—น๐—ฒ ๐—บ๐—ถ๐—ป๐—ถ๐˜€๐˜๐—ฟ๐—ฒ ๐—•๐—”๐—ฅ๐—ข ๐—ฐ๐—ผ๐—ป๐˜€๐˜๐—ฎ๐˜๐—ฒ ๐—ฑ๐—ฒ ๐˜ƒ๐—ถ๐˜€๐˜‚ ๐—นโ€™๐—ฒฬ๐˜๐—ฎ๐˜ ๐—ฑ๐—ฒ ๐—น๐—ฎ ๐˜€๐—ถ๐˜๐˜‚๐—ฎ๐˜๐—ถ๐—ผ๐—ป ๐˜€๐˜‚๐—ฟ ๐—น๐—ฒ ๐˜๐—ฒ๐—ฟ๐—ฟ๐—ฎ๐—ถ๐—ป
๐‚๐š๐ฆ๐ฉ๐š๐ ๐ง๐ž ๐š๐ ๐ซ๐ข๐œ๐จ๐ฅ๐ž ๐Ÿ๐ŸŽ๐Ÿ๐Ÿ’-๐Ÿ๐ŸŽ๐Ÿ๐Ÿ“ : ๐ฅ๐ž ๐ฆ๐ข๐ง๐ข๐ฌ๐ญ๐ซ๐ž ๐’๐Ž๐Œ๐๐ˆ๐„ฬ ๐ฅ๐š๐ง๐œ๐ž ๐ฅ๐ž ๐ฉ๐ซ๐จ๐œ๐ž๐ฌ๐ฌ๐ฎ๐ฌ ๐๐ž ๐๐ข๐ฌ๐ญ๐ซ๐ข๐›๐ฎ๐ญ๐ข๐จ๐ง ๐๐ž๐ฌ ๐ข๐ง๐ญ๐ซ๐š๐ง๐ญ๐ฌ ๐š๐ ๐ซ๐ข๐œ๐จ๐ฅ๐ž๐ฌ.
๐—–๐—ผ๐—ป๐˜€๐—ฒ๐—ฟ๐˜ƒ๐—ฎ๐˜๐—ถ๐—ผ๐—ป ๐—ฑ๐—ฒ ๐—น๐—ฎ ๐—•๐—ถ๐—ผ๐—ฑ๐—ถ๐˜ƒ๐—ฒ๐—ฟ๐˜€๐—ถ๐˜๐—ฒฬ : ๐—น๐—ฒ ๐— ๐—˜๐—˜๐—” ๐—ฑ๐—ถ๐˜€๐—ฝ๐—ผ๐˜€๐—ฒ ๐—ฑ’๐˜‚๐—ป ๐—ฟ๐—ฎ๐—ฝ๐—ฝ๐—ผ๐—ฟ๐˜ ๐—ฑโ€™๐—ฎ๐—ป๐—ฎ๐—น๐˜†๐˜€๐—ฒ ๐—ฝ๐—ผ๐˜‚๐—ฟ ๐—น๐—ฎ ๐—บ๐—ถ๐˜€๐—ฒ ๐—ฒ๐—ป ๐—ฝ๐—น๐—ฎ๐—ฐ๐—ฒ ๐—ฑโ€™๐˜‚๐—ป๐—ฒ ๐—ฝ๐—น๐—ฎ๐˜๐—ฒ-๐—ณ๐—ผ๐—ฟ๐—บ๐—ฒ ๐—บ๐˜‚๐—น๐˜๐—ถ-๐—ฎ๐—ฐ๐˜๐—ฒ๐˜‚๐—ฟ๐˜€

N๐—ผ๐˜๐—ฒ ๐—ฑ’๐—ถ๐—ป๐—ณ๐—ผ๐—ฟ๐—บ๐—ฎ๐˜๐—ถ๐—ผ๐—ป ๐—ต๐˜†๐—ฑ๐—ฟ๐—ผ๐—น๐—ผ๐—ด๐—ถ๐—พ๐˜‚๐—ฒ : un atelier pour se pencher sur son accessibilitรฉ

712

La direction gรฉnรฉrale des ressources_en_eau (DGRE) en collaboration avec le projet de renforcement de la rรฉsilience climatique au Burkina Fas (Projet Hydromet) organise depuis ce lundi 04 septembre 2023, un atelier sur l’amรฉlioration de la note d’information et les autres produits de diffusion au profit des usagers et des communautรฉs.

ย Durant deux semaines, la dizaine de participants doit rรฉflรฉchir ร  comment amรฉliorer le contenu de ces documents afin qu’ils soient des outils d’aides ร  la dรฉcision pour les dรฉcideurs et d’information pour les usagers, a affirmรฉ Wendemi Cyprien TIZAMBO, Directeur Gรฉnรฉral des ressources en eau. Il a prรฉsidรฉ la cรฉrรฉmonie d’ouverture de l’atelier. L’objectif de cet atelier, poursuit le Directeur gรฉnรฉral, c’est d’amรฉliorer les รฉlรฉments visuels de ces documents et d’identifier la maniรจre de communiquer pour รชtre compris par le profane, les usagers, les dรฉcideurs, etc.

L’eau est une ressource capitale pour le dรฉveloppement socio-รฉconomique du Burkina Faso. Elle nโ€™est malheureusement pas suffisamment connue dans un contexte de changement climatique et de fortes pressions anthropiques. Heureusement depuis 1998, fait remarquer Wendemi Cyprien TIZAMBO, le problรจme a รฉtรฉ perรงu par lโ€™Etat burkinabรฉ qui a inscrit dans son document de politique et de stratรฉgie en matiรจre dโ€™eau, la mise en place et le dรฉveloppement dโ€™un Systรจme National dโ€™Information sur lโ€™Eau (SNIEau). Lโ€™objectif du SNIE est de mettre ร  la disposition des diffรฉrents usagers, des informations dont ils ont besoin.

ย L’amรฉlioration du contenu des outils comme la note d’information hydrologique permettra la fourniture de services hydromรฉtรฉorologiques, dโ€™informations climatiques et de rรฉponse aux catastrophes naturelles. En plus d’amรฉliorer le contenu de la note d’information, les participants se pencheront sur d’autres documents comme le bulletin hydrologique, l’Annuaire hydrologique et les rapports thรฉmatiques.

En rappel, la note d’information hydrologique et d’autres produits de diffusion fournissent des donnรฉes prรฉcises et ร  jour sur les conditions hydrologiques, telles que les niveaux d’eau, les dรฉbits des cours d’eau, les prรฉvisions de crues, etc. Ces informations sont essentielles pour les usagers et les communautรฉs afin de de prendre des dรฉcisions รฉclairรฉes concernant leurs activitรฉs liรฉes ร  l’eau, telles que l’irrigation agricole, la gestion des barrages, la navigation, la planification urbaine, etc.

En fournissant des prรฉvisions prรฉcises et des alertes prรฉventives, les notes d’information hydrologique aident les communautรฉs ร  se prรฉparer et ร  rรฉagir de maniรจre adรฉquate face ร  ces รฉvรฉnements, rรฉduisant ainsi les pertes humaines et matรฉrielles. Enfin, les informations hydrologiques sont essentielles pour surveiller l’รฉtat des รฉcosystรจmes aquatiques et prendre des mesures de conservation appropriรฉes.

En conclusion, ยซ ๐’๐’‚ ๐’๐’๐’•๐’† ๐’…โ€™๐’๐’‡๐’๐’“๐’Ž๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’ ๐’‰๐’š๐’…๐’“๐’๐’๐’๐’ˆ๐’Š๐’’๐’–๐’† ๐’†๐’• ๐’…’๐’‚๐’–๐’•๐’“๐’†๐’” ๐’‘๐’“๐’๐’…๐’–๐’Š๐’•๐’” ๐’…๐’† ๐’…๐’Š๐’‡๐’‡๐’–๐’”๐’Š๐’๐’ ๐’”๐’๐’๐’• ๐’…’๐’–๐’๐’† ๐’Š๐’Ž๐’‘๐’๐’“๐’•๐’‚๐’๐’„๐’† ๐’„๐’‚๐’‘๐’Š๐’•๐’‚๐’๐’† ๐’‘๐’๐’–๐’“ ๐’๐’†๐’” ๐’–๐’”๐’‚๐’ˆ๐’†๐’“๐’” ๐’†๐’• ๐’๐’†๐’” ๐’„๐’๐’Ž๐’Ž๐’–๐’๐’‚๐’–๐’•๐’†ฬ๐’”.๐‘ฌ๐’๐’๐’†๐’” ๐’‡๐’๐’–๐’“๐’๐’Š๐’”๐’”๐’†๐’๐’• ๐’…๐’†๐’” ๐’Š๐’๐’‡๐’๐’“๐’Ž๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’” ๐’„๐’“๐’–๐’„๐’Š๐’‚๐’๐’†๐’” ๐’‘๐’๐’–๐’“ ๐’–๐’๐’† ๐’ˆ๐’†๐’”๐’•๐’Š๐’๐’ ๐’†๐’‡๐’‡๐’Š๐’„๐’‚๐’„๐’† ๐’…๐’†๐’” ๐’“๐’†๐’”๐’”๐’๐’–๐’“๐’„๐’†๐’” ๐’†๐’ ๐’†๐’‚๐’–, ๐’๐’‚ ๐’‘๐’“๐’Š๐’”๐’† ๐’…๐’† ๐’…๐’†ฬ๐’„๐’Š๐’”๐’Š๐’๐’๐’” ๐’†ฬ๐’„๐’๐’‚๐’Š๐’“๐’†ฬ๐’†๐’”, ๐’๐’‚ ๐’ˆ๐’†๐’”๐’•๐’Š๐’๐’ ๐’…๐’†๐’” ๐’“๐’Š๐’”๐’’๐’–๐’†๐’” ๐’๐’‚๐’•๐’–๐’“๐’†๐’๐’”, ๐’๐’‚ ๐’‘๐’“๐’๐’•๐’†๐’„๐’•๐’Š๐’๐’ ๐’…๐’† ๐’’๐’†๐’๐’—๐’Š๐’“๐’๐’๐’๐’†๐’Ž๐’†๐’๐’• ๐’†๐’• ๐’๐’‚ ๐’”๐’†๐’๐’”๐’Š๐’ƒ๐’Š๐’๐’Š๐’”๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’ ๐’…๐’– ๐’‘๐’–๐’ƒ๐’๐’Š๐’„. ยป ย affirme Wendemi Cyprien TIZAMBO, Directeur gรฉnรฉral des ressources en eau.

Le Ministรจre de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement