FLASH INFO

1 250 tonnes d’engrais et 350 tonnes de semences ont été consacrées aux PDI

135

Le gouvernement était face la presse dans la matinée de ce jeudi 27 juillet 2023 pour parler de sujets d’intérêt national. Il s’agit de la campagne agropastorale 2023-2024, de la lutte contre le paludisme et du décret portant modalités d’intervention des agents publics de santé dans les structures privées. Le gouvernement était représenté par le ministre de l’agriculture, le commandant Ismaël Sombié, le ministre de la santé, Dr Lucien Kargougou et celui de la communication, Jean Emmanuel Ouédraogo. Lors de ce point de presse, le ministre de l’agriculture a rassuré que la campagne agricole s’est finalement bien installée avec toutefois une répartition spatio-temporelle irrégulière de la pluviométrie.

Au cours de ces échanges avec la presse, le ministre en charge de l’agriculture Ismaël Sombié a d’abord rappelé que l’atteinte de la souveraineté alimentaire est l’une des priorités absolues de la présente transition. Le ministre de l’agriculture, des ressources animales et halieutiques Ismaël Sombié a fait le point de la campagne agropastorale 2023-2024. Malgré un début timide de la saison agricole, le ministre a laissé entendre que celle-ci s’est bien installée progressivement, selon des constats effectués après des visites de terrain dans 9 des 13 régions du pays, un mois à peine après son installation officielle. « Pour la campagne agropastorale en cours, nous constatons un démarrage timide de la saison, marquée par des séquences sèches plus ou moins longues dans le mois de juin. Mais après la première décade de ce mois de juillet, on peut dire que la campagne agricole s’est finalement bien installée avec toutefois une répartition spatio-temporelle irrégulière de la pluviométrie », dit-il.

Le ministre en charge de l’agriculture a rassuré que des dispositions sont prises pour permettre aux personnes vulnérables de bénéficier de la distribution en vivres
Le ministre de l’agriculture, des ressources animales et halieutiques a précisé que les opérations culturales dominantes en cours sont le semis et le sarclage, selon les espèces de culture et les localités. Quant aux stades phénologiques, les plus dominants sont la levée pour les céréales et légumineuses, et le stade de préfloraison pour le coton. « Pour ce qui est de la situation phytosanitaire et zoo-sanitaire, elle est globalement calme avec quelques cas d’infestations signalés de chenilles légionnaires d’automne et de jassides. En tout état de cause, nous avons instruit le dispositif d’alerte précoce pour la remontée rapide de toute anomalie en vue d’une réaction rapide de nos services techniques à travers les moyens modernes comme les drones dont nous disposons », a soutenu Ismaël Sombié.

Face notamment à cette situation, plusieurs mesures ont été prises par le département en charge de l’agriculture, des ressources animales et halieutiques pour accompagner les producteurs notamment les plus défavorisées comme les personnes déplacées internes. Il s’agit notamment de la subvention des intrants agricoles et la mise en valeur de plusieurs milliers d’hectares de production.

Le porte-parole du gouvernement a remercié la presse pour l’accompagnement continu dans la vulgarisation des activités gouvernementales
« Pour accompagner nos producteurs, 2 074 hectares de nouveaux aménagements ont été réalisés par l’Etat burkinabè et mis à leur disposition pour la présente campagne. Egalement, mon département à travers son programme traditionnel de subvention a mis à la disposition de ces derniers 25 000 tonnes d’engrais minéraux et organiques et 7 000 tonnes de semences agricoles et fourragères ainsi que des équipements motorisés. Parmi ces soutiens, 1 250 tonnes d’engrais et 350 tonnes de semences ont été consacrées aux PDI suivant le plan d’autonomisation prévu. A côté de ces appuis et pour booster la production agricole, le gouvernement, à travers l’initiative présidentielle, a accompagné le labour de 15 000 hectares de terres supplémentaires et apporté 6 000 tonnes d’engrais et 250 tonnes de semences pour soutenir la production par les FDS, les VDP et certains PDI », a-t-il précisé.

Des dispositions sont également prises en ce qui concerne l’écoulement des produits, selon le chef du département en charge de l’agriculture. « Par ailleurs, conscient qu’au-delà de l’appui à la production, l’écoulement des produits constitue un autre challenge pour les producteurs et que le marché peut constituer une locomotive pour booster la production, nous avons engagé la promotion des achats institutionnels avec une prévision d’achat par l’Etat dans une logique d’agriculture contractuelle d’une quantité d’au moins 48 265 tonnes de céréales auprès des organisations de producteurs », indique-t-il.

Dr Lucien Kargougou, ministre de la santé, lors de ce point de presse
« Les appuis apportés actuellement aux producteurs restent insuffisants quand on tient compte des besoins réels de ces producteurs ainsi que de nos ambitions en matière de souveraineté alimentaire. Dans cette perspective et pour impulser une nouvelle dynamique de notre agriculture et notre élevage, nous avons engagé, dans le cadre d’un partenariat public-privé, l’opérationnalisation de nos agropoles que sont Bagré, Sourou, et Samendeni, qui offrent un potentiel énorme de périmètres irrigués pour la mise en place des chaînes de productions, de transformations et de commercialisations », a ajouté Ismaël Sombié. Il a précisé que des VDP travaillent déjà dans ce sens dans l’agropole de Bagré.

Selon Ismaël Sombié, pour éviter la dépendance à la pluviométrie, des forages à grands débits dans les zones à hauts défis sécuritaires seront réalisés dès la saison sèche prochaine pour permettre la production agro-pastorale permanente. « Nous travaillons pour une commercialisation très prochaine de la production à l’usine de mélange d’engrais de Koupéla d’une capacité de 90 tonnes/heure, la construction du complexe industriel de production d’engrais à base de phosphates naturels de Kotchari, l’opérationnalisation très prochaine de la Centrale d’approvisionnement en médicaments vétérinaires (CAMVET), ainsi que la dynamisation de la Centrale d’approvisionnement en intrants et matériels agricoles (CAIMA) », a-t-il déclaré.

Les journalistes présents à ce point de presse
Le ministre en charge de l’agriculture a rassuré que des dispositions sont prises, dans le cadre du dispositif national de sécurité alimentaire, pour permettre aux personnes vulnérables de bénéficier de la distribution en vivres et d’accéder aux points de vente de céréales à prix subventionnés, dans les zones qui seront éventuellement déficitaires à l’issue de la présente campagne agropastorale.

En rappel, pour cette campagne agro-pastorale en cours, il s’agit de produire 5 millions 308 mille tonnes de céréales, 1 million 815 mille tonnes de cultures de rente et 1 million 75 mille tonnes des autres cultures vivrières.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net